23/10/2005

 

Brésil

Faut-il interdire la vente des armes?
Libération

Mis en ligne le 21/10/2005
- - - - - - - - - - - 

Les Brésiliens sont invités à se prononcer par référendum sur l'interdiction des ventes d'armes légères. Le pays a le record mondial des morts par armes à feu.

CORRESPONDANCE PARTICULIÈREÀ SAO PAULO

Le Brésil détient le record mondial de morts par armes à feu, avec en moyenne 39000 victimes chaque année. Plus qu'en Irak! Face à cette situation catastrophique, les Brésiliens sont appelés dimanche à se prononcer par référendum pour ou contre l'interdiction de la vente des armes et des munitions. Selon le dernier sondage, la bataille est serrée: le non, majoritaire chez les plus aisés, recueille 49pc des intentions de vote, contre 45pc pour le oui, qui domine parmi les plus pauvres.

Dans leur écrasante majorité, les morts par armes à feu sont des hommes jeunes, pauvres et noirs. Le nombre des armes à feu, responsables de 64pc des assassinats, est estimé à 17 millions dans le pays, dont seulement 40pc détenues légalement.

Oui: la loi a des effets

A Jardim Angela, un district de 300000 âmes aux confins de São Paulo, les meurtres sont trente fois plus nombreux que dans les quartiers riches de la capitale économique du Brésil. En 1996, l'Onu avait même classé Jardim Angela comme le quartier le plus violent au monde. Depuis lors, le nombre de meurtres y a baissé de moitié et ce district est devenu un laboratoire de la lutte contre la violence. «Les jeunes n'ont ni éducation ni emploi ni loisirs, alors ils basculent dans la criminalité ou la drogue. Ils se font tuer parce qu'ils n'ont pas de quoi payer leur dose ou encore dans les guerres de gangs et les hold-up. Sans compter les crimes commis sous l'emprise de l'alcool», raconte Jayme Crowe, le prêtre irlandais de la paroisse des Saints-Martyrs.

Le «père Jayme», établi au Brésil depuis quarante ans, a créé un Forum qui fédère les églises et associations du quartier. «On a réuni des avocats et menacé de poursuites l'Etat de São Paulo (duquel dépend la sécurité publique, NdlR.), car l'une des causes de la violence est l'abandon de la région par les pouvoirs publics. Résultat, en un an, le nombre de cliniques est passé de 6 à 26, et celui de policiers de 30 à 700, poursuit le prêtre.

Pour lui, la loi de 2003, réglementant plus strictement la vente d'armes, et la campagne de rachat des armes en circulation par le gouvernement, qui en a recueilli et détruit près de 445000, ont également aidé à réduire les meurtres. Selon les experts, ces deux mesures sont à l'origine de la baisse de 8,2pc du nombre de morts par armes à feu observée au Brésil en 2004, une première en treize ans.

Non: les truands favorisés

Pour le camp du oui, l'interdiction de la vente d'armes et de munitions va accentuer la tendance, en réduisant les homicides dus à des «causes banales», comme les disputes, la vengeance ou encore les tirs accidentels. Ces meurtres, qui représentent au moins le tiers du total, sont commis non par des truands mais par d'honnêtes citoyens.

Dans les Jardins, quartier cossu de São Paulo, on n'est pas de cet avis. Ici, on circule dans des voitures blindées, mais on craint moins pour sa vie que pour son patrimoine. Et les partisans du non sont nombreux.

Julio, avocat, oppose les 13000 armes vendues légalement entre janvier et septembre aux 3,9 millions qui sont entre les mains des truands. «Si le oui l'emporte, ce sont les honnêtes citoyens qui seront désarmés, et non pas les bandits, qui n'achètent pas leurs armes dans le commerce, dit-il en tirant sur son cigare. Ce sont les pauvres qui en souffriront. Les riches, eux, se paieront des gardes du corps, autorisés à porter une arme». Ce discours gagne du terrain, à en juger par les progrès du non dans les sondages, qui ne recueillait que 17pc des intentions de vote en août.

D'autant que les Brésiliens ne font pas confiance à leur police. «Elle est inefficace et corrompue, dit David, métallurgiste. Avoir une arme est donc une question de légitime défense».

© La Libre Belgique 2005

- - - - - - - - - - - 

17:43 Écrit par Observatoire a | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

ops so tentei ler o primeiro paragrafo..entendi que o Brasil tem um indice alto de mortes com arma de fogo..mas q no Irak....dai parei por ai..pq agora ta tarde e eu ia ter q queimar muitos neuronios hehehehh
bem..passei so pra desejar uma otima semana pra vc....aqui ta frio...bjs

Écrit par : cristiani | 23/10/2005

Sumida! Oiz! =) Não sei se vc ainda lembra do meu blog, mas apareci pra dizer que você sumiu do CHÁ repentinamente. Gosto muio dos seus comentários. Não suma, você está fazendo muita falta no hora do chá.
Abraços.

Écrit par : BeNy | 23/10/2005

commentaire trop bien ton skyblog a part que j ai rien compris et voila koi

Écrit par : rabouille carolane | 21/11/2005

Les commentaires sont fermés.